Comment rendre son cerveau plus plastique? (Segment)

Vous n’êtes présentement pas connecté au site CVE. Seuls les utilisateurs abonnés peuvent se connecter pour visionner les vidéos en entier et en haute résolution.

Si vous faites partie du personnel d’un établissement abonné, veuillez communiquer avec le responsable technique de votre établissement pour connaître la procédure de connexion.

Comme utilisateur anonyme vous pouvez visionner uniquement un extrait en basse résolution. Pour ce faire, cliquez sur l’image.

Si vous désirez vous abonner, cliquez ici.
Comment rendre son cerveau plus plastique? (Segment)
Cette vidéo fait partie de la série Le code Chastenay - Saison 3 - Hiver

Chaque fois qu'on apprend quelque chose de nouveau, de nouvelles connexions se forment entre nos neurones. Cette capacité qu'a notre cerveau de se remodeler constamment pour mieux répondre à son environnement s'appelle neuroplasticité. 

On sait depuis longtemps que le cerveau des enfants est très plastique, mais de nouvelles découvertes montrent que ce noble organe peut se régénérer à tout âge, nous dit Véronique Morin. Comment? En restant actif physiquement et socialement. Selon une étude américaine, des personnes âgées qui faisaient 15 heures de bénévolat par semaine auprès d'élèves en difficulté ont vu leur mémoire s'améliorer après seulement six mois.

La neuroplasticité comporte également des vertus quasiment miraculeuses qui sont expliquées dans le livre Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau (The Brain That Changes Itself), que Binh An Vu Van nous présente. Tel que raconté par Norman Doidge, psychiatre et chercheur à l'Université de Toronto et à l'Université Columbia, à New York, des patients ont réussi à surmonter un retard mental, à réapprendre à vivre après une attaque cérébrale, à diminuer leur anxiété, obsessions, compulsions et autres mauvaises habitudes, mais aussi à déprogrammer des « patrons » amoureux destructeurs. Tout ça grâce à la capacité du cerveau à se développer et s'améliorer.

Séduisant? Certes. Et, selon Pascal Forget, des scientifiques pourraient bientôt développer une pilule qui rendrait notre cerveau plus plastique. Des chercheurs américains ont identifié une molécule qui libèrerait le « frein à bras » de la plasticité. Mais attention : ce frein a aussi son utilité. Un cerveau trop plastique apprend très vite, mais désapprend également très rapidement. Trop de connexions peuvent causer des courts-circuits dans notre cerveau, ce qui mène à l'épilepsie.

Date de diffusion : 23 mars 2010

Magazine - 4 min 32 sec

Québec - Productions Pixcom Inc. - 2010