8 mars : être femme, être pauvre

Vous n’êtes présentement pas connecté au site CVE. Seuls les utilisateurs abonnés peuvent se connecter pour visionner les vidéos en entier et en haute résolution.

Si vous faites partie du personnel d’un établissement abonné, veuillez communiquer avec le responsable technique de votre établissement pour connaître la procédure de connexion.

Comme utilisateur anonyme vous pouvez visionner uniquement un extrait en basse résolution. Pour ce faire, cliquez sur l’image.

Si vous désirez vous abonner, cliquez ici.
8 mars : être femme, être pauvre
Cette vidéo fait partie de la série Points chauds - Saison 4 - Hiver

Les femmes constituent la majorité des 1,5 milliard d'êtres humains qui vivent avec un dollar ou moins par jour. Cette disparité tient à plusieurs facteurs, comme les structures sociales et familiales rigides, comme le manque d'accès à l'éducation, aux moyens de production, aux soins de santé… Dans plusieurs pays, les femmes mangent les restes des repas des hommes. Les filles travaillent pour payer l'éducation des garçons. Les femmes travaillent plus que les hommes, mais elles ne peuvent toucher l'argent qu'elles gagnent. Et le phénomène n'est pas près de se résorber.

Dans les pays en voie de développement, le fossé a continué de s'accroître entre les femmes et les hommes, au cours de la dernière décennie. C'est ce qu'on a appelé la « féminisation de la pauvreté. » L'émission durera exceptionnellement 90 minutes, incluant un reportage de Catherine Hébert, sur le sort des femmes du Bangladesh victimes d'attaques au vitriol. Un reportage bouleversant et ce n'est pas du bla-bla promotionnel.

Magazine - 1 heure 16 min 50 sec

Québec - Télé-Québec - 2006