Drogues : une guerre perdue d'avance?

Vous n’êtes présentement pas connecté au site CVE. Seuls les utilisateurs abonnés peuvent se connecter pour visionner les vidéos en entier et en haute résolution.

Si vous faites partie du personnel d’un établissement abonné, veuillez communiquer avec le responsable technique de votre établissement pour connaître la procédure de connexion.

Comme utilisateur anonyme vous pouvez visionner uniquement un extrait en basse résolution. Pour ce faire, cliquez sur l’image.

Si vous désirez vous abonner, cliquez ici.
Drogues : une guerre perdue d'avance?
Cette vidéo fait partie de la série Points chauds - Saison 4 - Hiver

Aucune activité criminelle ne rapporte autant que le trafic de drogue. Son influence sur l'économie et la politique n'en est que plus grande. En Afghanistan, la drogue est la base même de l'économie locale, le gagne-pain des paysans et le principal produit d'exportation. Dans des pays comme la Birmanie et la Guinée équatoriale, les réseaux sont intimement liés avec l'État, tout comme sans doute au Mexique. En Colombie, la drogue est la principale source de revenus de la guérilla de gauche, les FARC. Suivant et parfois même précédant les mouvements de la mondialisation, les réseaux internationaux touchent un nombre croissant de pays et diversifient leurs activités (armes, immobilier, trafic d'humains, etc.). Y a-t-il une stratégie globale de lutte au trafic de la drogue? Ou plus simplement : vaut-il la peine de lutter?

Magazine - 50 min 50 sec

Québec - Télé-Québec - 2006