Le cœur de Saint-Henri

De la série « 180 jours - Saison 2 »

À l'école secondaire Saint-Henri, on élève des adolescents et tout un quartier 

L'école secondaire Saint-Henri est au cœur du quartier dont elle porte le nom. Elle compte quelque 1 200 élèves, et de nouveaux arrivants intègrent ses classes d'accueil chaque semaine. Les familles la fréquentent de génération en génération. Les membres du personnel, dont certains en sont diplômés, travaillent d'arrache-pied pour la réussite de leurs élèves, mais aussi pour le bien-être de toute la communauté. 

À l'école Saint-Henri, c'est la rentrée à l'année. De nouveaux élèves intègrent les classes d'accueil chaque semaine, et c'est l'éducatrice spécialisée Julie Roy qui les reçoit. Elle se fait un devoir de s'informer sur les raisons qui ont amené les familles à quitter leur pays. Les révélations d'une famille tchadienne la touchent droit au cœur. 

Il faut avoir les reins solides pour diriger le secteur de l'adaptation scolaire. Heureusement, la directrice adjointe Roxane Lincourt a l'expérience et l'énergie nécessaire. Elle sait trouver les mots justes pour apaiser les élèves et régler les situations conflictuelles. 

Le programme de géographie de première secondaire a bien changé dans les dernières années, comme le démontre le cours de Véronique Ledoux. Les élèves ont accès à une géographie plus humaine qui leur permet de constater les effets de l'activité humaine sur un territoire. Une occasion en or pour faire réaliser aux élèves que chaque petit geste compte. 

L'éducateur spécialisé Patrick Huot, qui vient lui-même du quartier Saint-Henri, distribue son « courrier du cœur ». C'est sa façon personnelle (et plus éducative, selon lui) d'informer les élèves qu'ils cumulent trop d'absences ou qu'ils doivent aller en retenue. 

Enseignante de français langue seconde en classe d'accueil, Fatma Zohra Echaib organise une présentation orale sur le thème « J'ai quitté mon pays ». Une façon de permettre aux élèves de raconter leur histoire tout en mettant en pratique des notions de français. 

Pendant un cours d'éducation physique, une élève ressent un malaise nécessitant l'intervention des services d'urgence. C'est le branle-bas de combat à l'école. La réaction rapide des enseignants et la présence d'un défibrillateur sur les lieux permettent d'éviter le pire. L'émotion est à son comble lorsque la jeune élève revient à l'école et remercie les héros qui lui ont sauvé la vie. 

Date de diffusion : 12 septembre 2019

2019
Classification
  • Secondaire 1er cycle S1 Secondaire 1er cycle
  • Secondaire 2e cycle S2 Secondaire 2e cycle
  • Collégial C Collégial
  • Éducation des adultes A Éducation des adultes
  • Enseignants E Enseignants