Confrontés à la mort

Vous n’êtes présentement pas connecté au site CVE. Seuls les utilisateurs abonnés peuvent se connecter pour visionner les vidéos en entier et en haute résolution.

Si vous faites partie du personnel d’un établissement abonné, veuillez communiquer avec le responsable technique de votre établissement pour connaître la procédure de connexion.

Comme utilisateur anonyme vous pouvez visionner uniquement un extrait en basse résolution. Pour ce faire, cliquez sur l’image.

Si vous désirez vous abonner, cliquez ici.
Confrontés à la mort
Cette vidéo fait partie de la série De garde 24/7 - Saison 4

Accompagner les patients vers la mort : l'ultime vocation des médecins 

Pour bien des médecins, le mystère de la mort demeure beaucoup plus complexe que le miracle de la vie. Ils doivent tous, tôt ou tard, s'avouer vaincus. À ce moment, lorsqu'ils ont tout tenté, ils se résignent à accompagner leurs patients vers la mort. Ils se font alors un devoir de les préparer et de les soulager, afin que le passage soit le plus doux et respectueux possible, pour le patient et pour ses proches. 

« C'est un privilège d'accompagner des patients dans leur fin de vie. On prépare beaucoup la naissance, mais on a tendance à occulter la mort », croit la Dre Sylvie Lachance. L'hémato-oncologue demeure convaincue que les patients résilients supportent beaucoup mieux la maladie et que lorsqu'une guérison n'est plus possible, préparer sa sortie comporte de grands avantages pour celui qui part et pour ses proches. 

Lorsqu'un patient se dirige vers la mort, la Dre Karine Chagnon se fait un devoir d'être honnête et transparente afin qu'il puisse se préparer. Pour elle, cet accompagnement soit être empreint du plus grand respect : « Une fin de vie, ça demeure toujours quelque chose qui est touchant. On ne veut pas rater ça. On ne veut pas emmener le patient en fin de vie dans la souffrance. » 

Quand il doit faire une chirurgie durant laquelle le patient s'expose à la mort, le Dr Rafik Ghali expose clairement tous les dangers. « Je n'ai rien à gagner à pousser une intervention. C'est la personne qui prend le risque, ce n'est pas moi », dit le chirurgien vasculaire. Néanmoins, lorsque la décision est prise, il redouble de vigilance pour éviter le pire. « C'est ma patiente, c'est ma responsabilité. C'est moi qui vais aller voir la famille après… » 

Comme intensiviste-interniste, le Dr François Marquis est quotidiennement confronté à la mort et à l'impuissance. « C'est normal que les gens veuillent vivre. Des fois, on ne peut juste pas. Si on ne peut plus aller du côté curatif, qu'on est en palliatif, ça devient pour nous important d'améliorer au mieux non seulement la quantité de vie, mais la qualité de vie. » 

Date de diffusion : 7 mars 2019

Documentaire - 45 min 55 sec

Québec - Avanti Groupe en collaboration avec Télé-Québec - 2018