Question d'attitude (Segment)

Le tempérament hostile de certaines personnes peut les rendre malades, car elles sont plus à risque de développer des maladies cardiovasculaires. C'est ce que tend à démontrer la chercheuse et professeure au Département de psychologie de l'Université de Montréal, Bianca d'Antono.

En menant une série d'études pour approfondir les liens entre l'hostilité, les réactions du système immunitaire et le métabolisme, elle a découvert que les individus les plus hostiles porteraient dans leur sang davantage de certaines molécules inflammatoires. Les niveaux élevés de ces molécules faciliteraient le développement de plaques d'artériosclérose, facteur de risque important pour les maladies coronariennes.

En comprenant comment l'hostilité contribue concrètement à la maladie, il sera possible pour les professionnels de la santé de mener d'entrée de jeu des interventions psychologiques ou comportementales afin d'en minimiser les impacts sur le corps de leur patient.

Date de diffusion : 10 février 2015

2015
Classification
  • Secondaire 2e cycle S2 Secondaire 2e cycle
  • Collégial C Collégial